Avez-vous testé le thé blanc ?

Thé blancAu même titre que les « Cha » aromatisés, verts, bleus, rouges, noirs, ou encore le rooibos, le thé blanc présente également ses particularités qui font que ce breuvage soit quelquefois préféré par des inconditionnels à d’autres gammes et variété de thé.

Qu’est-ce que le thé blanc ?

Si le thé blanc est entre autres très recherché par les amateurs de ce « Cha », c’est parce que celui-ci n’est produit que dans la province chinoise très reculée de Fujian, dans les régions montagneuses. C’est pour cela donc que cette variété de « Cha » se fait très rare et par conséquent coûte assez cher, puisque c’est le thé de luxe par excellence. D’ailleurs, tout au long de la période impériale, le thé blanc n’est seulement consommé que par les Chinois riches et aisés. Mais pourquoi ce « Cha » et-il si particulier ? Avant toute chose sur le fait où lors de sa fabrication, ce type de thé est celui qui subit le moins de traitement, qui contrairement aux autres variétés ne passe pas par les phases classiques de flétrissage, de broyage et de roulage. En effet, le traitement du the blanc consiste seulement à cuisson à la vapeur et au séchage.

Pourquoi autant d’engouement pour le thé blanc ?

Avec les autres variétés de « Cha », le thé blanc est sans doute l’un des plus bio et des plus naturels qui existe, c’est pourquoi celui-ci est tellement prisé par les connaisseurs. Tout d’abord, sa cueillette se fait entièrement à la main au printemps, le flétrissage quant à lui s’effectuera à la vapeur, tandis que dessiccation, exclusivement au soleil. Par ailleurs, l’autre caractéristique qui distingue autant cette variété de thé est que ce sont les bourgeons et les jeunes feuilles couvertes de duvets blancs du le camellia sinensis qui sont cueillis pour obtenir ce breuvage, d’où son appellation thé blanc. Nulle surprise alors si la saveur de ce nectar est si raffinée, car le parfum « Cha » est exceptionnellement proche des fleures séchés, plutôt que des feuilles de thé habituelles. Sinon, ce breuvage reste aussi très peu oxydé du fait que celui-ci ne nécessite pas de cuisson lors de sa fabrication.

Comment prépare-t-on le thé blanc ?

De par sa grande préciosité, il y va de soi que la préparation du thé blanc aussi devra se faire dans la règle de l’art, pour que ce « Cha » soit des plus goûteux. Déjà, éviter de préparer le breuvage avec l’eau du robinet, qui malheureusement est riche en calcaire et modifiera sans doute le goût du thé. Les eaux de source seront donc à privilégier. Pour ce qui est de la phase d’infusion en elle-même, cette étape essentielle sera assez longue par rapport aux autres thés, puisqu’il faut laisser infuser les bourgeons une vingtaine de minutes au minimum, avant de pouvoir siroter le thé et si préférable dans eau chaude et bouillante atteignant les 60 à 70 degrés. En outre, si vous en disposez, n’utilisez que le gaiwan, ou zhōng, pour l’infusion du thé blanc. Fabriqué à base porcelaine de verre, ce récipient sied à merveille avec cette variété de « Cha ».